_________________

  • : Snapshots
  • Snapshots
  • : Instantanés épars d'actualité expérimentale
  • Contact

V comme visiteurs



personnes sur Over-Blog.
  visiteur(s) sur ce blog.

Snapshots, un blog à vocation informativo-réflectivo-divertissante

Vous trouverez  dans la rubric à brac (colonne de gauche !) :

  • Snapshots : Ou comment je pense en temps réel, et comment ça n'est pas toujours heureux (mais je vais m'améliorer). Et puis des mises en lumière.
    Coups de gueule, coups de coeur : mes petites indignations et mes grands enthousiasmes.
  • J'ai testé pour vous... : le récit de mes aventures; last update : Vipassana.
    Relai d'investigation : pour l'instant, Loose change - retour sur le 11 septembre : la synthèse non-exhaustive de mes pérégrinations sur le web.
  • 1001 idées - pour une révolution pacifiste : rubrique à visée coopérative. Creusez-vous la cervelle !
    La culture qui élève  : retours et réflexions sur des documentaires, notamment du Festival Internationational du Film des Droits de l'Homme
  • Vertitude : des idées pour agir au quotidien pour l'environnement, des informations.
  • Science en marche : innovations, enjeux, ratés et insolites.
    Politique(s) français(e) : le jour de gloire de la patrie n'est pas arrivé.
    Europe et pré-Europe : petites et grandes histoire(s) et préhistoire(s) de l'Europe
    Etats-des(Unis) : Outre-atlantique
    Mémos d'outre-monde : ailleurs aussi, le monde bouge.
  • Insolites et inutiles : le best-of des dépèches divertissantes et/ou inconsistantes
  • Albums photos - dans la colonne de droite. Voyages littéraires...

    La liste des articles est disponible
    ici.
    Vous voulez me contacter ? Clickez
    ici.
    Vous voulez être tenu au courant ? Inscrivez-vous à ma Niouzeletter.
    Et surtout, surtout, laissez-moi vos commentaires.

20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 09:10

Source : Le Monde du 19/09/07

Les cellules souches pourraient régénérer les poumons endommagés

Pour la première fois, des chercheurs ont réussi à implanter dans des poumons de souris des cellules pulmonaires obtenues à partir de cellules souches embryonnaires, une réussite qui donne de l'espoir pour le traitement des maladies respiratoires chez les humains.

 

C'est une équipe de l'Imperial College de Londres qui a réalisé ce travail, présenté, mardi 18 septembre, à Stockholm, lors du congrès annuel de la Société européenne de pneumologie (ERS), un rassemblement de quelque 15 000 médecins cliniciens, chercheurs, physiothérapeutes et représentants de l'industrie pharmaceutique, venus d'une centaine de pays.

Après avoir cultivé des cellules souches embryonnaires de souris afin qu'elles se spécialisent en cellules pulmonaires, les chercheurs de l'Imperial College les ont injectées dans les veines de souris ayant reçu une substance toxique endommageant leurs poumons.

Deux jours plus tard, ils ont constaté que les cellules pulmonaires étaient venues se loger dans les poumons des rongeurs. Aucune de ces cellules "n'a été retrouvée dans les autres organes des souris, ce qui prouve le haut degré de spécialisation de ces cellules, qui ne se greffent que sur leur cible, le poumon", a souligné l'ERS dans un communiqué, estimant que cette réussite représentait un "immense espoir" pour l'homme.

De nombreuses maladies pulmonaires chroniques sont à l'heure actuelle incurables. Seules les greffes, opérations lourdes et coûteuses, peuvent y remédier. Si l'ingénierie tissulaire et la thérapie par cellules souches ont déjà obtenu des résultats encourageants dans plusieurs domaines, quoique essentiellement sur des modèles animaux, les maladies respiratoires n'ont jusqu'à présent pas bénéficié de ces nouvelles voies thérapeutiques. "Le poumon est une cible très difficile pour les chercheurs en ingénierie tissulaire", a expliqué Sile Lane, de l'équipe de l'Imperial College. Notamment parce que cet organe, hautement complexe, réunit une grande diversité de cellules, dont certaines ont un renouvellement très lent."

La possibilité de régénérer des poumons endommagés pourrait bénéficier à des dizaines de millions de personnes à travers le monde, estime l'ERS, qui précise que les maladies de l'appareil respiratoire constituent la première cause de mortalité à la surface du globe. Si l'on ne s'en tient qu'à l'Europe, elles coûtent à la collectivité près de 100 milliards d'euros chaque année. Les chercheurs britanniques soulignent cependant que si la voie des cellules souches est désormais ouverte en pneumologie, l'application de leurs travaux à la médecine humaine est encore lointaine. - (Intérim)

Repost 0
Published by OneShot - dans Science en marche
commenter cet article
26 mai 2006 5 26 /05 /mai /2006 14:42
    La cap d'invisibilité - jeudi 25 mai 2006, 20h00

WASHINGTON (AP) - La cape d'invisibilité d'Harry Potter pourrait bientôt quitter le monde de la science-fiction pour devenir réalité. Des chercheurs britanniques et américains qui pensent en avoir percé le secret demandent de l'aide pour élaborer les matériaux nécessaires à la confection.

Le secret résiderait dans la composition des tissus, bien éloignée de ce qui est disponible dans la nature ou à l'école de sorcellerie Poudlard. Ces matériaux devraient permettre à la lumière et aux ondes électromagnétiques de traverser un objet sans être réfléchies ou réfractées, le rendant ainsi invisible à l'instar des trous noirs dans l'espace.

"Est-ce de la science-fiction? Non, c'est de la théorie. Il nous est théoriquement possible de le faire, le seul obstacle étant notre capacité à produire ces tissus spéciaux", a expliqué John Pendry, physicien à l'Imperial College de Londres.

Les détails de l'étude paraissent jeudi dans la version électronique du magazine "Science". Des scientifiques n'ayant pas participé aux travaux ont jugé plausibles les travaux de leurs collègues qui présentent des arguments solides permettant de percer l'invisibilité.

"C'est de la science très intéressante et cela s'appuie sur des preuves mathématiques et physiques fortes", a assuré Nader Engheta, professeur d'ingénierie électrique. Le chercheur a lui-même mené des travaux sur l'invisibilité, développant des "méta-matériaux".

John Pendry et son équipe comptent utiliser cette technologie pour adapter leur cape aux ondes électromagnétiques. Une cape tissée ainsi à l'échelle microscopique ne réfléchirait pas la lumière et ne créerait pas d'ombre.

L'effet d'une telle invention serait comparable à celui d'une rivière contournant un obstacle. Les ondes frappent l'objet, le contournent en épousant ses formes et reprennent leur chemin ensuite. Bref, la lumière contournerait la cape, la soustrayant ainsi à la vision des observateurs.

"Oui, on pourrait rendre quelqu'un invisible s'il porte une cape faite dans un tel matériau", a estimé Patanjali Parimi, professeur à l'Université Northeastern du Massachusetts (nord-est des Etats-Unis), qui n'est pas impliqué dans les recherches.

Une telle cape d'invisibilité n'existe pas encore, mais John Pendry estime qu'une première version pourrait être développée d'ici 18 mois. AP

Repost 0
Published by OneShot - dans Science en marche
commenter cet article
22 mai 2006 1 22 /05 /mai /2006 02:19

SAINT-LOUIS (AP) - Des chercheurs américains travaillent à la conception d'un bâtonnet qui pourrait mesurer le niveau de caféine dans n'importe quelle tasse de café, et ce grâce aux propriétés des anticorps des camélidés.

Le chimiste Jack Ladenson, de l'université de Washington, qui ne supporte plus la caféine, souhaite élaborer un bâtonnet similaire au test de grossesse vendu dans le commerce. Mais aucun test ne permettait jusqu'à présent de mesurer le taux de caféine dans une boisson chaude.

Les scientifiques américains pensent avoir trouvé une solution grâce aux chameaux et lamas: leurs anticorps résistent en effet aux très hautes températures.

Après avoir reçu des dérivés de caféine dans leur corps pendant plusieurs mois, ces animaux ont produit des anticorps en réponse à la substance étrangère. Les chercheurs ont alors copié ces anticorps en laboratoire et étudié leurs réactions à la caféine.

Ces anticorps se sont collés à la caféine, permettant ainsi de mesurer le niveau de la substance, a expliqué Jack Ladenson. Les résultats seront publiés le 1er juin dans "Le Journal de la société américaine de chimie, chimie analytique". Ce test donnerait des résultats comparables à ceux réalisés par des équipements sophistiqués.

Jack Ladenson n'a pas pu indiquer quand ce bâtonnet pourrait être commercialisé mais il en a déposé un brevet.

Repost 0
Published by OneShot - dans Science en marche
commenter cet article
19 mai 2006 5 19 /05 /mai /2006 13:33

mercredi 17 mai 2006, 19h42 

 

"LONDRES (Reuters) - Des chercheurs sont parvenus à un tournant dans l'un des plus importants projets scientifiques au monde, en réussissant à séquencer le dernier chromosome du génome humain.

Le "chromosome 1" contient près de deux fois plus de gènes que la moyenne des autres chromosomes et représente à lui seul 8% du code génétique de l'homme.

Il est constitué de 3.141 gènes et lié à 350 maladies, dont le cancer, Alzheimer et Parkinson.

"Cette réalisation clôt de fait le chapitre d'un important volume du projet sur le génome humain", a estimé Simon Gregory, qui a dirigé le projet de séquençage à l'institut Sanger, en Angleterre.

Le séquençage du chromosome 1, publié en ligne par la revue scientifique Nature, a mobilisé une équipe de 150 chercheurs britanniques et américains pendant dix ans.

Les chromosomes, nichés dans le noyau de la cellule, sont des structures filiformes qui contiennent les gènes déterminant les caractéristiques d'un individu."


 

C'est quoi un génome ?

Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une espèce. Les gènes ne constituent qu'une partie du génome. Celui-ci est constitué de molécules d'acides nucléiques : l'ADN et l'ARN.

L'ADN, acide désoxyribonucléique, est une molécule que l'on retrouve dans tous les organismes vivants. (…) On dit que l'ADN est le support de l'hérédité car cette molécule a la faculté de se reproduire et d'être transmise aux descendants lors des processus de reproduction des organismes vivants. Il est à la base de processus biologiques importants aboutissant à la production des protéines. D'un point de vue chimique, l'ADN est un acide faible.

L'acide ribonucléique ou ARN est un polymère similaire à l'ADN, aussi bien en terme structurel qu'en terme fonctionnel (matérialisation et traitement de l'information génétique). Il y a cependant quelques différences par rapport à l'ADN (par exemple l’ARN est généralement un simple brin, tandis que l'ADN est un double brin avec une structure en double hélice, et il est plus court).

Chez l'homme, le génome est réparti sur 24 chromosomes soit 22 autosomes (paire de chromosomes jumeaux) et 2 gonosomes (paires de chromosomes jumeaux XX ou différenciés XY et qui déterminent le sexe)

    Source : Wikipedia

Repost 0
Published by OneShot - dans Science en marche
commenter cet article
22 avril 2006 6 22 /04 /avril /2006 17:38